vendredi 9 janvier 2015

Histoire d'eau, mémoires d'hommes

Les souvenirs, la mémoire, le vécu de chacun, dans la mesure où ils sont le soubassement de l’imaginaire, sont toujours présents dans l’écriture. 
On peut les écrire ou les faire écrire sous forme clairement autobiographique ou on peut les utiliser comme point de départ d’un récit, d’une aventure. 

Dès le début du XXe siècle, quelques centrales turbinent l’eau du Drac et ses affluents. Il faudra cependant attendre 1930 avant que le parcours de ce torrent des Alpes ne soit considéré sous un angle industriel nouveau, les gorges profondes qu’il traverse offrant un site favorable à l’implantation en cascade de 4 grands barrages et aménagements hydroélectriques.

L’équipement du Drac commence avec la construction du barrage du Sautet (1935), suivie des réalisations successives des chutes de Cordéac (1946) et de Saint-Pierre-Cognet (1957) et du barrage de Monteynard (1962) mis en service en 1962. Il est complété à l’aval par l’aménagement de Saint-Georges-de-Commiers (1962) (barrage de Notre-Dame-de-Commiers et centrales de Saint-Georges-de-Commiers et Champ II).

Nous nous attacherons à recueillir les témoignages des habitants en lien avec les familles liées à la construction des barrages autour de trois périodes : avant 1930, entre 1930 et 1962 et après 1962.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire